Le grand méchant web

Vous êtes-vous déjà retrouvé face à un obstacle qui vous paraissait insurmontable ? Cette contrainte vous empêchait d’atteindre votre objectif et il vous semblait impossible de vous en débarrasser ? C’est exactement ce qui m’est arrivé début 2018 alors que j’étais étudiante en travail social. Mon obstacle ? Le grand méchant web.

Une goutte d’eau dans un océan

Issue de la fameuse génération Y, je suis née en plein dans l’avènement du digital : ordinateur, téléphone portable, jeux vidéos, réseaux sociaux… Je n’ai échappé à aucun de ces fast-outils. Alors le web ? De toute évidence, c’est un jeu d’enfant pour moi ! C’est du moins ce que je croyais, avant d’arriver à ce tournant de ma vie professionnelle.

J’avais intégré depuis quelques mois une association de renom dans le travail social. Son expertise s’étend sur différents domaines : protection de l’enfance, santé, handicap et addictologie. Bien des professionnels disent qu’elle a le monopôle de sa région en matière d’accueil du public en protection de l’enfance. Et moi dans tout ça ? J’étais la petite stagiaire éducatrice spécialisée dans le domaine de l’addictologie. Bref, j’étais une goutte d’eau dans un océan. Et pourtant, on m’a confié une tâche qui s’est avérée avoir une énorme influence sur cet océan qu’est l’association : créer du contenu éditorial pour son site web.

À la chasse au digital

“On a pas assez de public qui rentre, on va perdre nos financements !”

Créer du contenu éditorial pour un site web, ça ne s’invente pas, ça s’apprend. On écrit pas dans la vie de tous les jours comme on écrit sur Internet. Passionnée d’écriture, je le savais depuis longtemps. Mes yeux se sont souvent plissés devant les abréviations farfelues inventées par les jeunes de ma génération. Entre les jtm, jpp, mdr ou tmtc croisés sur les réseaux je me demandais bien à quelle sauce le site web de l’association allait me manger.

Je scrollais frénétiquement la page du site en quête d’informations cruciales : comment écrire pour le web ? Et plus encore, comment rédiger pour ce site web là ? Démunie face à une si grande mission, j’ai finalement sorti ma botte secrète : j’allais trouver les clefs de la rédaction web … Sur l’Internet.

Les jours passaient et je voyais du coin de l’œil les chefs du service faire les cent pas en ronchonnant comme ils savent si bien le faire “on a pas assez de public qui rentre, on va perdre nos financements !

De mon côté, je continuais de découvrir le charmant monde de la communication digitale. C’est en tapant les mots clésécrire pour le web” ou “rédaction web” que je suis retombée dans le fond de ma vieille chaise à roulettes. Les résultats de recherches m’offraient mon bien le plus précieux. Je venais de découvrir l’existence du SEO.

À partir de cet instant, c’est bien simple : je mangeais référencement naturel, je dormais référencement organique, je rêvais Search Engine Optimization, mais surtout, je travaillais la rédaction web. À force de fouiller sur la toile, je me suis rapidement rendue compte d’un problème. Le service dans lequel se déroulait mon stage avait une très mauvaise visibilité sur l’Internet. Vous pensez comme moi ? J’ai fait un lien avec le problème des chefs-ronchons. Et si le service n’accueillait pas assez de public, parce que le public ne pouvait pas le trouver sur le web ?

Où Google fait loi

“Faites comme moi, cliquez plein de fois sur la page du site, ça va remonter dans les résultats de recherche !”

Après quelques recherches sur d’éventuelles requêtes clés tapées par le public, je me suis rendue à l’évidence. La page du site de notre service apparaissait loin, très loin dans les pages du SERP. Ni une, ni deux, j’en informe les chefs-ronchons. J’ai eu la meilleure réponse de l’univers : “Faites comme moi, cliquez plein de fois sur la page du site, ça va remonter dans les résultats de recherche !” Oui… Alors non. On a beau être chef de machin-chose, on ne maîtrise pas tout décidément. Le grand méchant web se dressait de tout son long devant la e-réputation du service. Comment faire pour sortir du néant du web, les dernières pages du SERP ?

Pour saisir toutes les subtilités de la rédaction de contenu sur le web, j’ai décidé de me former en e-learning. À moi le puit de connaissances ! Après 6 mois, j’ai acquis une belle valise de vocabulaire : balises HTML, structure title,  optimiser, ranker et toute une floraison de termes techniques font à présent partie intégrante de mon quotidien.

J’ai finalement trouvé mon cheval de course. Pour sortir du néant et vaincre le grand méchant web, il fallait s’allier avec. Toutes ces spécificités liées au référencement, c’est l’algorithme de Google qui les impose. Google a fait sa loi et le référencement en est simplement l’application en bonne et due forme.

Aujourd’hui encore, je continue de me former. Car ce n’est pas parce que je suis née dans l’ère du digital que j’en connais tous les secrets. Cette expérience m’a appris une bonne leçon : face à un problème, il y a toujours une solution. Parfois on ne maîtrise pas les outils pour trouver la solution, mais ça s’apprend. Et si on ne veut pas apprendre, on peut être guidé et conseillé par des professionnels de la rédaction web comme moi !

Cette expérience m’a permis d’acquérir un réel bagage de compétences. J’ai pour objectif principal de permettre aux entreprises, PMEs ou encore associations, d’améliorer leur visibilité sur le web par le biais de la rédaction web SEO.

Vous avez un projet dont vous aimeriez me faire part ? C’est par ici !